Lignes à Haute Tension : Les travaux sont lancés

© rte-france
Le 07 juillet 2020
Aménagement du territoire,  Travaux,  Ma ville bouge

D’ici la fin d’année 2024, RTE mettra en souterrain 15 km de lignes électriques aériennes soit 225 000 volts surplombant aujourd’hui les communes de Saint-Denis, l’Île Saint-Denis et Villeneuve la Garenne, permettant de libérer 80 ha de terrain. Première étape de ce chantier d’envergure qui vient d'être lanc : la réalisation d’un puits qui permettra de faire descendre le tunnelier.

Ce projet se situe dans une zone très urbanisée, contrainte par plusieurs infrastructures ferroviaires et fluviales. Il concerne des lignes déterminantes pour l’alimentation électrique du nord-est de Paris, desservant l’équivalent de 800 000 foyers et notamment la Gare du Nord et la ligne 13.

Pour répondre à tous ces enjeux, RTE a retenu une solution technique sur-mesure et peu courante pour un gestionnaire de réseau : la création d’un tunnel à 40m de profondeur pour faire passer les nouvelles lignes.

Pour la création de ce tunnel, RTE s’appuie sur l’expertise d’Arcadis en tant qu’assistant maître d’ouvrage, ainsi que sur un groupement d’entreprises Spie Batignolles fondations, SETEC et SPAC et sur son mandataire Spie Batignolles génie civil.

 

Le chantier se déroulera en 3 grandes étapes :

  • 2020 : Réalisation des puits d'entrée et de sortie du tunnelier. Le puits d'entrée situé au niveau de la rue Volta à Saint-Denis et actuellement en cours de construction.

  • 2021 : Creusement de la galerie de 2,5 km par un tunnelier.

  • 2022 : Équipement de la galerie et raccordement de la nouvelle ligne électrique.

Suivront ensuite les opérations de retrait des pylônes et lignes aériennes, à partir de 2023 jusqu’à la fin de l’année 2024.

 

Ce projet d’un montant de 89 millions d’euros est co-financé par la commune de Villeneuve-la-Garenne, la Métropole du Grand Paris, la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques, et RTE. Il permettra de libérer 80 hectares de terrain au service des projets d’aménagement du territoire.

 

 

Retour sur le projet avec Benoît Facq, manager de projet service Liaisons souterraines 
Publié le 07 juillet 2020