Vandalisation des bouches à incendie

Le 06 juillet 2017
Citoyenneté

À travers une lettre du Maire « diffusée auprès de tous les villenogarennois », le Maire Alain-Bernard Boulanger prend la parole.

Madame, Monsieur,

Début juin, j’avais choisi les colonnes de Villeneuve magazine pour vous faire part de ma grande préoccupation à la suite de la vandalisation de plusieurs bouches à incendie à différents endroits de Villeneuve.

Ce qui n’aurait pu être qu’un épisode passager s’est malheureusement reproduit le 22 juin dernier, avec des conséquences graves et qui auraient pu être tragiques : en effet, un enfant a fait une chute sur la chaussée consécutive à la poussée de la trombe d’eau et il a été évité de justesse par un véhicule. Un second jeune a manqué être percuté parle tramway qu’il n’avait pas vu venir en raison du geyser d’eau.

Faut-il attendre qu’il y ait mort d’homme pour que cessent ces pratiques imbéciles ? Qui ira annoncer à la famille le décès d’un enfant ?

J’ai demandé à ce qu’une plainte soit déposée contre les trois responsables de cet acte délictueux. Elle a été enregistrée le soir même au commissariat de Villeneuve pour « dégradation et détérioration de bien destiné à l’utilité publique - vol d’énergie ». Ce phénomène qui, s’il n’est malheureusement pas propre à notre ville et s’est déroulé dans des dizaines de communes de la région parisienne, n’en est pas moins extrêmement préoccupant s’il se généralise et se banalise.

La chaleur aidant, les élus, les forces de sécurité, les services municipaux et certains habitants s’inquiètent de voir se reproduire dans les semaines qui viennent ces épisodes de vandalisme et de dérapage irresponsable.

Je pourrais prendre, comme l’ont fait d’autres maires, un arrêté fixant une amende d’un montant élevé et dissuasif portant sur la réglementation des bornes et poteaux d’incendie : je me refuse - pour l’instant - à en arriver à cette extrémité lourde de conséquences.

C’est la raison pour laquelle, et je l’écris à nouveau ici avec gravité et solennité : je compte sur les adultes, qu’ils soient parents ou non, pour qu’ils jouent pleinement leur rôle d’éducateurs et pour qu’ils fassent preuve de la plus grande fermeté face à ces comportements imbéciles. Sans partage des responsabilités, sans portage collectif de ces règles de cohabitation harmonieuse, la réponse ne peut être que d’ordre juridique et pénal.

Comme chaque année, Villeneuve s’est préparé à offrir à tous un été riche en événements festifs et de loisirs avec le programme « Un été à croquer » : avec une telle offre d’activités, avec une piscine ouverte pendant les 2 mois d’été, le « désœuvrement » ne saurait être évoqué comme excuse ou comme circonstance atténuante à des actes de vandalisme irréfléchis.

« Je fais appel à la mobilisation de tous aux côtés de celle des polices nationale et municipale : la sécurité de nos rues, la qualité de notre vie au quotidien, la pérennité de nos finances, c’est aussi l’affaire de chacun d’entre nous, élus, mères et pères de famille, éducateurs, enseignants, personnel communal, etc. Personne ne peut s’exonérer de sa propre « capacité de faire » qui, additionnée à celles des autres, doit aussi concourir au bien commun et à la paix sur la ville ».

Ces propos, publiés et diffusés largement auprès des Villenogarennois en 2014 et 2015 suite à des exactions de même nature sont malheureusement toujours d’actualité.

Tant que je serai maire de cette ville, je me battrai pour que chacun y ait sa place, dans le calme et le respect de l’autre.

 

Alain-Bernard Boulanger

Maire de Villeneuve-la-Garenne

Officier de la Légion d'honneur

Président du territoire Boucle Nord de Seine

Conseiller métropolitain du Grand Paris

 

Matière à réflexion

Au-delà de leur côté « spectaculaire », ces comportements irresponsables présentent de nombreux et réels dangers. Ce geste met en péril le travail des pompiers et la distribution de l’eau potable, sans compter la perte de centaines de milliers de mètres cubes d’eau potable. Des dommages matériels et parfois humains peuvent aussi survenir, comme par exemple :

  • Une alimentation en eau pouvant être compromise dans les immeubles aux étages supérieurs faute de pression,

  • Des geysers pouvant atteindre plusieurs mètres de hauteur qui envahissent les balcons et appartements,

  • De l’eau qui se répand dans les caves, les parkings et sur les chaussées, provoquant parfois des accidents de la circulation,

  • La pression de l’eau qui sort du réseau et qui peut causer des blessures sérieuses, en particulier aux enfants qui se trouvent à proximité,

  • Enfin et surtout, le secours incendie qui est mis en péril en cas d’intervention des pompiers, l’eau étant indisponible ou d’une pression insuffisante.

Publié le 30 juin 2017